[HORS CHAMPS] La fin de deux mythes ??

0
16

Le  sport départemental  en danger

Deux mauvaises nouvelles cette semaine pour ce qui concerne le sport départemental. Notre confrère et ami Rachid Touazi a  évoqué dans le Courrier Picard deux  cas bien différents mais qui illustrent parfaitement que, faute de moyens financiers, le sport dans la Somme est en réel danger. Et ce n’est pas la perspective des prochaines élections en fin d’année qui vont nous redonner le moral.

Ce week-end, se déroule la 12e édition de l’Open de la Baie de Somme de tennis. Une épreuve créée et animée par Laurent Chaumont qui, au fil des années, avait su s’entourer d’une équipe dynamique et compétente. Les meilleurs joueurs français ont participé à ce tournoi à Rue notamment Tsonga, Santoro, Gasquet, Clément et cette année la présence de Gilles Simon va provoquer un réel engouement. Mais voilà, Laurent Chaumont est fatigué. Fatigué de se battre pour aller à la recherche de sponsors. Fatigué de voir que parfois, il se bat dans le vide.

Alors, il a décidé d’arrêter et il est probable que cette édition 2015 soit la dernière d’une belle aventure humaine. D’autant que la BNP Paribas, principal partenaire a signalé qu’il mettait fin à sa collaboration avec l’organisation de Laurent Chaumont.

C’est évidemment un coup dur.

Autre mauvaise nouvelle, celle qui nous vient du monde du ballon au poing. Le président de la Fédération Samuel Prévot lance un cri d’alarme.

En effet, le Ministère des Sports lui a signalé une baisse des subventions en lui faisant remarquer que le ballon au poing n’avait aucun impact au niveau national et ne faisait aucune compétition internationale. Ce qui est vrai mais à partir du moment où le ballon au poing (mais il n’est pas le seul dans ce cas) a été intégré dans les disciplines officiellement reconnues par le Ministère, il n’y a aucune raison de ne pas le soutenir financièrement.

D’autant que Samuel Prévot a dû embaucher du personnel administratif. Le président Samuel Prévot s’appuie sur la loi de 1901 qui table beaucoup sur le côté amateur. Mais  c’est là où le bât blesse.

Le Ministère incite par ailleurs les clubs, les fédérations à faire appel au mécénat mais ce n’est pas simple parce que dans notre pays, on ne prête qu’aux riches.

En sport, il y aura toujours les riches d’un côté et les pauvres de l’autre.

Lionel HERBET




  • LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.