[FOOTBALL] SAMIR HENAINI  » L’ATTAQUANT EST LE PREMIER DEFENSEUR « 

0
39

Soulagé qu’il était mercredi soir, après la victoire contre Quevilly-Rouen Métropole, Samir  Henaini. Il avait joué 90 minutes et surtout, il avait marqué deux buts. De quoi envisager l’avenir de manière optimiste. « C’est sûr que sur le plan personnel et au niveau comptable, même s’il s’agit d’un match amical, avoir débloqué mon compteur, est intéressant ».

Depuis qu’il est arrivé à l’ASC, Samir a beaucoup travaillé physiquement et surtout, après avoir disputé des parties  de matches, il est resté mercredi 90 minutes sur le terrain , faisant duo avec Vincent Créhin. Les deux hommes s’entendent déjà bien, chacun dans son registre personnel.

« D’abord, chacun joue avec ses qualités. Vincent est tonique et moi par mon travail de fixation, je lui ouvre des espaces. Mais il y a aussi Manu Bourgaud. Nous jouons d’abord pour l’équipe et c’est de bon augure pour la suite même si pour la plupart,  nous sommes nouveaux.».

Cette victoire de mercredi s‘est surtout dessinée après le repos. On s’aperçoit du reste que les Amiénois font surtout la différence en deuxième période. C’est le signe d’une excellente condition physique et là encore, il faut louer le travail de Simon Lucq.

« Malgré la charge de travail, nous savions que ce serait difficile mais il fallait continuer sur notre lancée et appliquer les principes  de jeu. Nous faisons ce travail collectivement et quand nous menons au score, il faut  savoir  gérer les temps forts  pour pouvoir ensuite concrétiser et tuer un match. Nous sommes là pour appliquer les consignes du coach. C’est lui le patron. C’est à nous de faire au maximum. Dans le foot,  il faut savoir évoluer. Les premiers défenseurs sont les attaquants et il n’y a pas de raison que nous ne mettions pas la main à la pâte. »

Samir Henaini se plait bien à Amiens. Lui qui a évolué dans plusieurs clubs remarque qu’ici à Amiens « il y a  de bonnes installations de travail.  Nous sommes bien encadrés. Nous avons de quoi travailler correctement.  Il faut être  réaliste. Ce n’est pas le cas dans tous les clubs de National ».

Mais pour conclure, Samir Henaini sait bien qu’après l’euphorie du moment, des moments plus difficiles peuvent survenir dans la saison. « C’est là qu’on verra si l’équipe tient la route. Dans les moments difficiles, il faudra alors garder le cap,  la tête froide et surtout continuer d’avancer quoiqu’il en soit. »

En attendant, Samir Henaini va retrouver ce samedi à Laon son ancien club Sedan, dans lequel il a évolué à l’époque de la L2.

Lionel HERBET




  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.