Quel plaisir de le revoir rejouer ! Manu Duchemin était à un certain moment, perdu pour le football  et les médecins ne donnaient pas cher de lui.

Il devait marcher avec des béquilles et voilà que mercredi soir, au stade Delique à Abbeville, Manu Duchemin jouait la finale de la coupe de la Somme de Foot Entreprise avec sa nouvelle équipe les Hospitaliers d’Amiens contre les Municipaux d’Abbeville. Une coupe pour poursuivre sa carrière car le bonhomme,  s’il court moins vite, garde toujours sa belle technique et son coup d’œil. Il se montre un défenseur central de métier.

Manu Duchemin est, si notre mémoire ne nous fait pas défaut, un des rares (vrais) Picards à avoir remporté la Coupe de la Ligue. C’était en mai 2006 avec Nancy contre Nice. Le Stade de France était plein comme un œuf. Une impression extraordinaire pour quelqu’un qui découvre ce stade.

C’est impressionnant mais Manu avait déjà arpenté cette pelouse cinq ans auparavant, avec l’Amiens SC en finale de la Coupe de France contre Strasbourg. Ah cette finale perdue aux tirs au but ! Ah cette reprise de Rivenet qui rate un centre au 2e poteau et une victoire à coup sûr.

C’est bien simple. Manu Duchemin qui avait essuyé une terrible déception en mai 2001 n’était guère confiant cinq ans plus tard avec Nancy. Quand la scoumoune s’en mêle. Mais bon, Duchemin et l’AS Nancy Lorraine parvinrent à s’imposer. Que de jolis souvenirs  qui, neuf ans plus tard, sont toujours vivaces dans la tête de ce joueur dont a du mal à imaginer quelles souffrances,  il a dû encaisser..

« C’est vrai qu’il y a un goût particulier avec cette victoire en coupe de la Ligue car en 2001, avec Amiens, j’avais connu la défaite contre Strasbourg. Contre Nice, c’était un grand jour devant 40.00 Lorrains. Nous avions fait un grand match  avec beaucoup de solidarité. Mais que le temps passe vite. »

Après 2006, c’est quasiment le trou noir. Manu Duchemin qui est en pleine ascension est fauché par une blessure qui va se révéler beaucoup plus grave qu’on ne le pensait au départ.

« J’ai eu une luxation du calcaneum, une blessure qui n’arrive jamais pour un footballeur. Les médecins ont  mis un an avant de prendre une décision.  C’était  une opération qui consistait à couper le calcaneum  et l’astragale et de mettre un clou jusque dans le tibia. Durant plus d’un an, ce fut une grosse galère et je ne pouvais même plus marcher. Après ce genre d’opération, en général c’est fini. Mais je voulais reprendre. Je me suis mis alors à recourir et le corps a réappris à fonctionner. »

Sans avoir eu jamais quasiment le feu vert de la Faculté, Manu Duchemin a décidé de répondre favorablement à l’appel de certains de ses vieilles connaissances, notamment  Stéphane Demoulin.

« J’ai trouvé aux Hospitaliers un bon groupe. Ce  sont des bons mecs. Je prends du plaisir sur le terrain. Tout match est bon à gagner. Ce qu’il faut avant tout : c’est respecter l’adversaire. J’ai découvert ce qu’était le Foot-Entreprise et j’ai été agréablement surpris. La passion est intacte chez moi et retrouver l’ambiance du vestiaire, c’est quelque chose qui me manquait.  Quant à devenir entraineur, je ne me sens pas encore prêt à faire le pas. Gérer des hommes, cela fatigue vraiment ».

Lionel Herbet




  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.