Excellente initiative d’Antoine Barège qui lundi, pour l’émission sportive La Tribune sur France Bleu Picardie, avait invité deux athlètes qui 48 heures auparavant, s’étaient illustrés dans la Jules Verne, cette épreuve pédestre qui remplaçait l’Amiénoise et qui avait réuni plusieurs milliers de participants.

En l’occurrence, il s‘agissait d’Antoine Dubreucq et Salila Rarbi. Le premier a survolé l’épreuve des 10km et Salila a terminé en 4e position derrière des étrangères.

Antoine Dubreucq qui cette saison a franchi vcitorieusement la ligne d’arrivée 37 fois sur les 45 courses auxquelles il a participé, regrettait l’absence des athlètes africains. Dans leur sillage, Antoine aurait sûrement réalisé un meilleur temps. Il a en effet manqué 13 secondes à Antoine pour battre son meilleur temps. Parti sur les chapeaux de roue selon son habitude, le sociétaire du Val de Somme ne s’est pas ménagé mais il lui a manqué une véritable opposition.

A la question, comment as-t-il trouvé le parcours et que pense-t-il d’un déplacement l’an prochain dans le centre- ville, Dubreucq est formel ? « Je suis contre la course dans le centre ville. Il faut respecter la sécurité. » Un avis que ne partage pas Salila Rarbi tandis qu’Henri Paul Fin organisateur du prix Jean-Renaux émet une idée consistant à donner le départ depuis le centre-ville avec une arrivée à la Licorne. Cela aurait au moins le mérite de contenter tout le monde.

Salila Rarbi se montrait satisfaite de sa performance d’autant qu’elle relevait de blessure (tendon d’Achille).

Les deux vedettes de cette Jules-Verne vont maintenant s’attaquer à un autre défi : la Transbaie qui aura lieu dans une quinzaine de jours et qui est « une belle course ».

Lionel Herbet




  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.