Le football est toujours imprévisible

 

C’est en effet le constat  que nous avons tiré au terme de deux rencontres disputées ce week-end à la Licorne et qui ont vu une succession d’erreurs inhabituelles à ce niveau de la compétition. Des erreurs qui pour certaines, peuvent être dues  aux mauvaises conditions puisque le terrain était collant même si les précautions avaient été prises, notamment la pose  d’une bâche, les jours précédents.

Un match se prépare plusieurs jours à l’avance.

Les entraineurs travaillent beaucoup à partir de vidéos, de rapports de leurs adjoints qui sont allés superviser leur futur adversaire.

Le jeu de l’adversaire est décortiqué et  lorsqu’il pénètre sur le terrain, chaque joueur sait quasiment ce qui l’attend. Il connait les qualités et les défauts de son rival direct sur le terrain.

Logiquement, il n’y a pas de place pour l‘improvisation. Sauf que dès le match  lancé, l’entraineur ne peut plus rien faire sur son banc.

Il est à la merci d’un exploit personnel d’un de ses joueurs ou à l’inverse, d’une grosse erreur.

Vendredi et samedi, à l’occasion des matches Amiens SC- Dunkerque et Lens-Lyon, cinq buts ont été inscrits.

Seul un a été marqué sur action de jeu et exploit. Ce fut le cas de l’Amiénois Oumar Pouye, auteur d’une série de dribbles dans la défense adverse et le tout ponctué par un tir qui n’a laissé aucune chance au gardien adverse.

Ce genre de but fait lever le spectateur de son siège.

Hélas, par la suite, il a fallu déchanter puisque les quatre autres buts résultent d’erreurs individuelles sur lesquelles un entraineur ne peut rien faire.

Malheureusement, la suite n’a pas été du même calibre. Le nouveau gardien de l’ASC Magno Novaes a été directement à l’origine des deux buts nordistes. Le premier sur corner direct et le deuxième en relâchant la balle qu’il a poussée dans le but.

Novaes était tellement malheureux après le match qu’il s’est publiquement excusé auprès de ses équipiers et des supporters. Le gardien Brésilien s’est montré d’une grande dignité et surtout il ne s’est pas refugié derrière de fallacieuses excuses.

Le lendemain, on a vu pire puisque l’entraineur lensois Antoine Kombouaré a parlé de « cadeaux de Noël ».

Le premier but lyonnais a vu une talonnade de Gbamin avec un ballon qui file dans le but au grand dam du gardien Riou.

Quant au deuxième, le jeune Sylla l’a provoqué en faisant un geste de main à la fois inutile et d’une grande naïveté dans la surface sans qu’il y ait vraiment danger de but.

Conclusion : le football reste magique car il est imprévisible.

Au contraire d’une pièce de théâtre, on ne connait pas, à l’avance,   le scénario d’un match.

Lionel HERBET




  • Jeu EatInUSA

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.