Les ateliers du sports se déroulaient ce samedi à la Halle des Quatre-Chênes, à partir de 9h45. Le lancement de ces ateliers était animé par Thierry Adam. Ces ateliers sont organisés afin d’élaborer une politique sportive cohérente et efficace, après concertation avec les différents acteurs du sport locaux. Cinq réunions thématiques auront lieu dans le mois à venir. Pour le lancement de ces ateliers du sport, Brigitte Fouré (Maire d’Amiens), Alain Gest (Président d’Amiens Métropole) et Guillaume Duflot (Vice-Président d’Amiens Métropole en charge des Sports) ont pris la parole. Notre expert Lionel Herbet relate les interventions de nos trois élus :

Les Ateliers du Sport à Amiens: c’est parti

Avec à sa tête un homme comme Alain GEST, comment voulez-vous qu’à Amiens et les communes qui font partie de la Métropole, le Sport ne soit pas placé en première ligne?

 Pour les plus jeunes, Alain GEST fils d’un ancien chef des Sports au Courrier Picard, a été un pratiquant de tennis de table d’un excellent niveau et il a même occupé les fonctions de président de la Ligue de Picardie. Il fut également membre du Comité Régional Olympique et Sportif.

Le Sport, Alain GEST le connait et quand il en parle, on sait qu’il connait parfaitement son sujet.

C’est la raison pour laquelle en prenant la place de Président d’Amiens-Métropole, avec Brigitte FOURE, maire d’Amiens et l’adjoint chargé des Sports Guillaume DUFLOT, il a été question de dresser un véritable état des lieux dans le domaine sportif qu’il s’agisse des infrastructures ou des sportifs licenciés au sein de clubs.

« Le Sport c’est comme ma deuxième famille » a indiqué Alain GEST lorsqu’il a pris la parole devant tout le gratin du sport amiénois, présidents de clubs, de comités départementaux et de Ligue. Il s’agissait de « lancer » les ATELIERS du SPORT a AMIENS » qui vont durer un mois, à partir de travaux de commissions animées par cinq personnalités très connues et reconnues (Yves CORDIER ; Emmanuel PARSY, Jacques HELAINE, Daniel CAGNARD et Bruno OLORY). On va durant ce mois faire l’inventaire de tout ce qui marche et surtout ne marche pas dans la capitale picarde qui fut pourtant, en 1999, désigné par le Journal l’EQUIPE  comme la ville la plus sportive de France.

En décidant d’organiser ces Ateliers du Sport à Amiens, Alain GEST et l’équipe municipale ont voulu que les dirigeants amiénois « fassent une réflexion afin de bâtir une vraie politique sportive en sachant qu’à la fin, ce sont les élus qui arbitreront et prendront les décisions ».

« Nous avons besoin de votre réflexion pour faire nos  choix » a ajouté le président d’Amiens-Métropole.

Les décisions qui seront prises coûteront cher, notamment au niveau des infrastructures  mais tout sera fait après une vaste concertation.

Alain GEST a tenu à rappeler « qu’il ne fallait surtout pas opposer le sport de masse au sport d’élite et que deux engagements avaient été pris notamment celui de ne  pas augmenter les impôts locaux ».

 Alain GEST a évoqué ensuite l’aspect communication de la Ville d’Amiens au niveau des grands évènements.

Ainsi, le fait d’accueillir le RC Lens au stade de la Licorne est une bonne chose.  Amiens accueillera en 2015 une étape du Tour de France (Cambrai-Amiens). La Ville est candidate pour accueillir une sélection étrangère à l’occasion de l’ Euro 2016 de football. Le Coliseum va héberger  le club de water polo de Douai qui n’a plus de piscine.

Bref, ces Ateliers du Sport à Amiens vont dresser un véritable état des lieux et à notre connaisance, ce genre de manifestation ne s’était plus déroulée dans la capitale picarde depuis plus d’un demi- siècle.

Brigitte FOURE « Je n’oppose pas le sport d’élite au sport de masse »

En ouvrant les Ateliers du Sport à Amiens- Métropole, Madame Brigitte FOURE,  maire de la capitale picarde, a développé  devant un auditoire très fourni, quelques réflexions qui en disent long sur la future politique sportive.

Avec d’entrée cette  phrase choc :

«  Je n’oppose pas le Sport Elite au Sport de Masse ».

Voilà un discours qui diffère un peu de certains élus qui en évoquant le sport, mettent carrément l’accent sur le lien social et le fait que le sport d’élite est plutôt affaire de professionnels voire de mercenaires.

Bref,  Brigitte FOURE et son équipe municipale partent du principe qu’à partir du moment où un champion licencié dans un club amiénois, obtient des médailles dans une grande compétition, c’est ensuite toute la discipline qui en recueille les dividendes.

Les succès de Jérémy Stravius  ont sûrement donné des vocations à de jeunes nageurs qui s’identifiaient auparavant plutôt à des baigneurs.

« Pourquoi le Sport est-il si important ? » a poursuivi Madame FOURE.

« Il est un lien social, il transmet des valeurs et surtout il offre une égalité de chances pour n’importe quel jeune, qu’il soit issu des quartiers aisés ou plus difficiles.

« Je fais partie des personnes qui tirent vers le haut et non vers le bas. Je tends vers l’Excellence et le don du dépassement. Mais évidemment les équipements sont primordiaux ».

Brigitte FOURE a aussi abordé l’aspect de la Santé « le sport a des effets indéniables sur la santé ». Et de souligner aussi l’importance du sport-handicap « car aujourd’hui, n’importe quelle famille peut être frappée ».

Guillaume DUFLOT « Une nouvelle dynamique sportive »

Lors de l’ouverture officielle des Ateliers du Sport Amiens-Métropole qui vont durer environ un mois à partir de travaux effectués lors de commissions, Guillaume DUFLOT l’adjoint chargé des Sports a surtout évoqué le (grave) problème des installations.

Alain GEST l’avait déjà signalé lorsqu’il était venu dans les studios de France-Bleu Picardie dans l’émission La Tribune.

Amiens possède des installations qui méritent « un sérieux coup de peinture ».

En s’adressant aux dirigeants présents dans la salle, Guillaume DUFLOT leur a déclaré  « qu’ils étaient les acteurs du sport à Amiens et que le Sport participait au bien être de chacun ».

Il a aussi souhaité que le mois qui s’annonce « soit  un mois d’échanges et de rencontres ».

L’élu fut beaucoup plus direct et sans concession lorsqu’il aborda, documents photos à l’appui, la lente mais inexorable dégradation  des installations (stade Moulonguet, gymnase Jean Renaux, piscine Georges Vallerey et même la Licorne  n’a pas trouvé grâce).

« Nous sommes à la croisée des chemins, a poursuivi Guillaume DUFLOT. Les défis que nous nous lançons sont d’une ampleur inédite. Nos infrastructures sont dans un état vétuste, en piteux état et lamentable pour  une ville comme la nôtre. Le stade Moulonguet fait peine à voir. Le gymnase Jean Renaux est dans une dégradation avancée. La Licorne est en apparence un bel écrin mais qui a mal vieilli. Le Coliseum nécessite des travaux sur le traitement d’air et d’isolation. Nous avons perdu beaucoup de temps. Il y a  urgence en la matière et il faut avoir le courage de voir ce qui ne va pas».

Et puis, a été évoqué le cas d’une 4e piscine à Amiens.

« Mais pourquoi parler d‘une 4e piscine alors qu’en ce moment, nous n’en n’avons que deux et demi. » a poursuivi Guillaume DUFLOT qui a évoqué les grandes manifestations (Alain GEST les a évoquées précédemment)  et il a conclu : « Je mesure les attentes des clubs. Vous êtes  en première ligne nos meilleurs relais ». Mais après avoir tellement pris de retard depuis une dizaine d’années, Amiens ne pourra pas du jour au lendemain redevenir numéro un en France. D’autant que dans cette période difficile, si Alain GEST l’a promis « les impôts locaux ne seront pas augmentés » , il faudra bien trouver quelque part l’argent nécessaire pour restaurer et réhabiliter toutes les installations sportives dont dispose la ville d’Amiens.

Lionel HERBET

Partenaires Gazette Sports




  • Jeu EatInUSA

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.